À VOS CERVEAUX
Background Image



Les dix trucs en français

Trucs pour se débarrasser de la majorité des fautes.

Posté dans Apprentissage du français — le 26 octobre 2014

Aller directement
aux commentaires

La meilleure façon de ne plus faire de fautes de français, c'est connaître quelques trucs très faciles. La plupart des fautes en français sont récurrentes et ont un lien avec ces dix trucs. Voici donc ces trucs.

Attention : Cet article est précédé par l’article Introduction au français. Les « 10 trucs en français » sont donc la suite de cet autre article, alors il serait mieux de le lire avant.

1er truc : Une phrase commence toujours avec une lettre majuscule et se termine toujours avec un point.

Les erreurs les plus fréquentes en français arrivent à la fin des mots. C’est des erreurs dans les règles d’accord.

Une règle d’accord est une règle simple qui s’applique à la fin d’un mot. On accorde d’une certaine façon, en fonction d’un autre mot. Par exemple, un verbe par rapport à un sujet. Voici donc le deuxième truc :

2ème truc : Accorder les pluriels

En français, le pluriel est souvent presque tout le temps « s ». Par exemple : Les chaises sont belles. En résumé, quand on parle de plusieurs éléments (pluriel), on met un « s » à la fin du mot. Les chaises. Les mots. Les chiens. Les chats. Les amis… Les politiciens… Quand ce n’est pas pluriel, c’est donc singulier : le chat, le politicien… On ne met donc pas de « s ».

* Lorsque c’est un temps de verbe qui est au pluriel, par exemple quand on dit « ils aiment les chats »… le verbe « aimer » se termine avec « -ent » (aiment).

Pour les temps de verbe alors, voici les prochains trucs.

3ème truc : Accorder (conjuguer) les verbes

La conjugaison des verbes obéit à des règles similaires. Tous les verbes, comme je le dis dans l’article précédent, se conjuguent comme leur modèle. Pour le premier groupe, le modèle est « Aimer », pour le deuxième groupe des verbes : « Finir », et le 3ème groupe : « Prendre ».

Les auxiliaires Avoir et Être sont des exceptions, mais sont faciles à mémoriser.

4ème truc : Accord des verbes : –er, –ez ou –é à la fin du verbe ?

Le verbe se termine avec « -er » quand il est à l’infinitif, donc quand il n’est pas accordé avec un sujet. Exemple : Je vais aller, Tu devrais commencer, Cuisiner, c’est super !

Le verbe se termine avec « -ez » quand on l’accorde avec « Vous » : Vous aimez, vous marchez, vous commencez. Attention : quelques exceptions comme pour le verbe Dire : Vous dites, ou le verbe Faire : Vous faites. D’autres exceptions existent.

Le verbe se termine avec « -é » lorsqu’il est accordé au participe passé, et est utilisé notamment dans le temps passé composé : Je suis allé, J’ai apprécié, J’ai mangé, Il a couru, Elles ont été

Le truc mnémotechnique pour « -É » ou « -ER » ?

Un truc rapide et facile pour savoir comment accorder un verbe qui termine avec le son « É » est le suivant : remplacer le verbe par « vendre ou vendu » (certains utilisent « mordre ou mordu »).

Par exemple : J’aimerais bien manger cette pomme. Pour savoir comment se termine « manger » ici (donc choix entre « manger » ou « mangé »), on remplace le verbe par « vendre ou vendu »

Donc cela donne deux choix : J’aimerais bien « vendre » cette pomme. OU J’aimerais bien « vendu » cette pomme. Lequel des deux choix est le plus logique ? Le premier bien sûr, car le deuxième n’a pas de sens quand on le dit.

Donc si c’est le cas où c’est « vendre », c’est l’infinitif du verbe donc ça finit par « -ER ». Si c’est le cas où c’est « vendu », c’est le participe passé du verbe donc c’est « -É ».

Un autre exemple serait celui-ci : J’ai adoré cette pomme. On remplace le verbe par « vendre ou vendu » : J’ai « vendre » cette pomme. OU J’ai « vendu » cette pomme. Le deuxième cas est ici le bon car on entend bien que le premier ne se dit pas. Étant donné que c’est « vendu », le verbe se termine donc par « -É ».

Retour sur le cas de « -EZ »

Dans le cas d’un accord avec « -EZ », c’est toujours avec « Vous ». Ex : Vous mangez. Vous bougez. Vous avez. Vous ferez. Vous iriez. Vous serez. Attention aux mots écrans. Exemple : « Je vous conduirai. » Le verbe ici se termine avec le son « É » mais il ne s’écrit pas « -EZ » parce que le verbe ne s’accorde pas avec « Vous » mais il s’accorde avec « Je » ! JE CONDUIRAI. Je conduirai qui ? Vous. Donc Vous n’est pas le sujet. C’est « Je » qui conduit ici. Vous vient s’intercaler entre le sujet et le verbe pour faire « Je vous conduirai. »

5ème truc : Les mots écrans

Les mots écrans sont des mots qui sont souvent placés entre un sujet et un verbe. Je les ai appréciés. Ils nous ont bien fait rire. Il faut faire attention à ces mots et se poser la question : quel mot s’accorde avec quel autre, parce que lorsqu’on lit rapidement, on peut se tromper et accorder le verbe avec le mot écran, ce qui est une faute. On peut se tromper avec le mot écran parce qu’il est dans le chemin entre le sujet et le verbe, et c’est pour cette raison qu’il faut rester vigilant : y a-t-il un mot écran ou pas ?

6ème truc : Auxiliaires AVOIR et ÊTRE

Les fameux auxiliaires.

L’une des règles les plus « compliquées » en français est la règle d’accord de l’auxiliaire AVOIR dans le cas du passé composé notamment. Elle est en réalité très simple, mais il faut l’avoir mémorisée, tout simplement.

La règle est : Le participe passé suivant l’auxiliaire avoir est invariable sauf s’il y a présence d’un Complément Direct et que ce complément se trouve AVANT l’auxiliaire. Donc, cette règle est dépendante de la position du complément direct dans la phrase.

Observons la même phrase, avec une syntaxe (structure) un peu différente :

CAS 1 : « La pièce de théâtre, je l’ai appréciée. »

Et… CAS 2 : « J’ai apprécié la pièce de théâtre. »

Pour identifier un Complément Direct : Le Complément Direct (CD) ici est retrouvable en interrogeant la phrase : « J’ai apprécié… QUOI ? Réponse : La pièce de théâtre. »

Si on peut avoir une réponse directe à la question « QUOI » lorsqu’on interroge la phrase, alors on a un complément direct.

Donc notre phrase dans le CAS 1 :

« La pièce de théâtre, je l’ai appréciée. »

Est segmentée en cinq parties...

« La pièce de théâtre » (complément direct)

« je » (sujet)

« l’ » mot écran lié au complément direct

« ai » (auxiliaire)

« appréciée » (participe passé)

Donc, étant donné que dans cette phrase, le Complément Direct est positionné AVANT l’auxiliaire avoir : on accorde le participe passé.

Maintenant notre phrase dans le CAS 2 :

« J’ai apprécié la pièce de théâtre. »

On remarque que le Complément Direct est positionné APRÈS l’auxiliaire avoir : on n’accorde PAS le participe passé.

Si on avait eu une réponse à la seule question « À QUOI ou À QUI, ou DE QUI ou DE QUOI », alors on aurait eu un Complément Indirect (CI), et alors le participe passé lié à l’auxiliaire demeure dans ce cas-là INVARIABLE.

Par exemple : J’ai parlé de cette pièce de théâtre. OU De cette pièce de théâtre j’ai parlé. Lorsqu’on interroge la phrase : J’ai parlé « quoi » ? Ça ne fonctionne pas. On doit obligatoirement dire « J’ai parlé… » De quoi ? et là on a « de cette pièce de théâtre ». Pas de réponse en « QUOI ou QUI » donc… pas de Complément Direct.

Auxiliaire ÊTRE

Cadeau : l’auxiliaire ÊTRE est beaucoup plus facile ! Il s’accorde toujours ! Exemples : Elle est fatiguée. Il est fatigué. Cette vague est découpée. Tissées, elles le sont solidement. Elles sont tissées solidement.

7ème truc : Connaître les prépositions

La préposition est un mot invariable qui sert à introduire un nom (ou un sujet, un pronom, un infinitif ou une proposition relative). Voici les prépositions : À, dans, par, pour, en, vers, avec, de, sans, sous. (petit truc mnémotechnique : Adam part pour Anvers avec deux-cents sous.)

8ème truc : « À » ou « A » ?

« À » est une préposition. Il indique un lieu, un endroit, un temps, une propriété ou une utilité. « A » est le verbe avoir quand il est accordé. Le truc le plus facile pour savoir si c’est « À » ou « A » est de changer le temps de verbe de « A » avec un autre temps, comme par exemple « Avait ».

Donc en remplaçant dans la phrase « Il a respiré profondément. » « a » pour « avait », on a « Il avait respiré profondément. » Cette phrase sonne bien.

Si on a cette phrase : « C’est un sac à main. » et on remplace « à » par « avait », on trouve : « C’est un sac avait main. » Cette phrase n’a aucun sens. Donc étant donné que « avait » ne peut pas ici bien remplacer, ce n’est pas le verbe Avoir « a » mais bien la préposition « à ».

Dans la phrase « Il a à faire ses devoirs ce soir. » on trouve A et À en même temps. On remplace encore avec « avait » et on trouve « Il avait à faire ses devoirs ce soir. » ou « Il à avait faire ses devoirs ce soir. » La première forme est correcte car elle sonne bien, donc on saura où positionner le « A » et le « À ».

9ème truc : Les mots invariables

Certains mots en français s’écrivent toujours pareil sans jamais s’accorder.

Ainsi, le mot « TOUJOURS » prend toujours un « s » à la fin. Le mot « AUJOURD’HUI » est invariable. Voici la liste des mots invariables:

ailleurs

afin de, que

ainsi

alors

après

au-dessous

au-dessus

aujourd’hui

auparavant

auprès

aussi

aussitôt

autant

autour

autrefois

autrement

avant

avec

beaucoup

bien

bientôt

car

ceci

cela

cependant

certes

chez

comme

comment

d’abord

 

dans

davantage

dedans

dehors

déjà

demain  

depuis

dès lors

dès que

désormais

dessous

dessus

devant

donc

dont

dorénavant

durant

encore

enfin

ensuite

entre

envers

exprès

guère

gré

hélas

hier

hors

ici

jamais  

 

là-bas

loin

longtemps

lorsque

maintenant

mais

malgré

mieux

moins

naguère

néanmoins

non

par

parce que

par-dessous

par-dessus

parfois

parmi

pas

pendant

peu

plus

plusieurs

plutôt

pour

pourquoi

pourtant

près

presque

puis

 

quand

quelquefois

quoi

quoique

sans

sauf

selon

seulement

sinon

sitôt

soudain

sous

souvent

surtout

tant

tant mieux

tantôt

tant pis

tard

tôt

toujours

toutefois

travers

très

trop

vers

voici

voilà

volontiers

vraiment

 

10ème truc : Les mots qui s’accordent exceptionnellement avec « x » à la place de « s » au pluriel

Bijoux, cailloux, choux, genoux, hiboux, joujoux, poux

Bonus (11ème truc) : Tous, ou tout ?

Premièrement, une chose à noter : on n'écrit jamais « touts ».

On écrit donc tous quand tous est suivi d'un sujet pluriel. Par exemple :

Tous les amis, toutes les fleurs...

On écrit tout quand il est suivi d'un sujet singulier (ou simplement lorsqu'il n'est pas suivi d'un sujet pluriel), par exemple :

Tout l'Univers. Tout l'argent. Tout à l'heure...

Enfin

Rappel important : Pour la qualité de la langue, n’oubliez jamais que ce qui est le plus important en français, c’est de ressentir la langue. La volonté de faire des belles phrases est la plus forte. C’est aussi en s’inspirant de grands auteurs et poètes ou en écoutant de grands films ou pièces, en lisant leurs textes, qu’on s’imprègne de tournures de phrases et qu’on apprend à manier la langue et le vocabulaire.

Autrement, vous avez ici les outils pour faire disparaître 90% des fautes de votre français écrit. Les erreurs les plus fréquentes et les plus nombreuses sont corrigées grâce à ces « 10 trucs en français ».




S.V.P. Prenez dix secondes pour partager sur tous vos réseaux cet article. Le bouche à oreille, le partage, est notre seule méthode de diffusion. - Crier dans une forêt, seul, c'est l'équivalent de ne pas crier parce que personne nous entend. Partagez. Merci et bonne journée!



Retour au début du texte


Nouveauté : Vous pouvez maintenant commenter de façon totalement anonyme (sans compte Disqus Facebook ou autre).

Pour ce faire, commencez à écrire votre commentaire, ce qui fera apparaître la boîte Nom, puis entrez dans la boîte Nom votre pseudo seulement, puis cochez la case I'd rather post as Guest qui se trouve un peu plus bas. Le système vous demandera d'écrire une adresse courriel, mais si vous ne voulez pas la fournir, écrivez une fausse adresse respectant la syntaxe adresse@domaine.com pour que le système la considère valide.